Le chat, un félin équipé pour la bataille

Comme l’homme, le chat a cinq sens : la vue (les yeux), l’odorat (le museau), l’ouïe (les oreilles), le toucher (tout le corps) et le goût (les papilles) … Mais nombreux sont  ceux qui affirment que le chat a un sixième sens : les phéromones.

Le chat a des yeux perçants. Certes, il voit flou mais il a besoin de dix fois moins de lumière que nous. Ainsi, il peut repérer une souris dans le noir ! Lorsqu’il y a trop de lumière, les pupilles du chat rétrécissent. Cela lui permet de capter moins de lumière et donc de voir avec une clarté normale.

L’odorat est le sens le plus important et le plus développé chez le chat. Il sent les odeurs agréables et les plus nauséabondes à plus d’une vingtaine de mètres. Dans la nature, il lui permet de sentir sa nourriture : mulot, volailles ou même les croquettes des chats domestiqués.

Les oreilles du chat sont visibles et, vous l’avez peut-être remarqué, bougent lorsqu’il entend un son suspect pour l’examiner. L’ouïe du chat est si développée qu’il sait où vous êtes, même s’il ne vous a pas encore vu. Cette fonction lui permet de détecter, surtout dans la nature, ses prédateurs avant qu’eux mêmes ne le découvrent.

Le chat a un sens du toucher remarquable, à commencer par les moustaches, aussi appelées vibrisse, incroyablement sensibles. Déjà, elles lui permettent de savoir s’il peut passer dans un trou : »Les moustaches passent, le reste du corps aussi ». Pourquoi vibrisses ? Parce que elles vibrent au déplacement de l’air et donc il perçoit tous les mouvements autour de lui. Le toucher du chat ne sert pas que pour les batailles. Il lui procure aussi bonheur. Quand on le caresse, le chat ronronne, car cela lui rappelle son âge le plus tendre où sa mère le léchait. De la même manière, il lui arrive de masser les genoux de la personne sur laquelle il est assis parce qu’il faisait de même pour faire sortir le lait des mamelles de mère.

Le goût du chat est un atout. Même dans les combats. Il sent le goût du sang et lèche avec sa langue râpeuse la blessure de la souris pour approfondir et agrandir la plaie.

Enfin, les phéromones permettent aux chats de communiquer entre eux. Chaque odeur a une signification. Déjà, à la période de reproduction, la femelle dégage des phéromones qui signifient « Venez. Je suis en chaleur ! ». Quand deux chats se rencontrent, ils dégagent des phéromones qui signifient soit « Dégage ! C’est chez moi ! » soit « Ami ? ». Les phéromones ne sont pas senties par le museau mais par un détecteur spécialement conçu pour que le chat parvienne à les percevoir.

Vous l’aurez remarqué en lisant cet article : le chat est toujours prêt pour la bagarre. Sa vue extraordinaire pour repérer ses adversaires, son odorat pour les sentir, son ouïe et son sens du toucher pour détecter son rival et son goût pour savoir là où il y a le plus de sang. Le chat fait mal, et on ne parle pas de ses griffes !

Amael Gerbaud, 6A

Une pensée sur “Le chat, un félin équipé pour la bataille

  • 27 janvier 2018 à 13 h 43 min
    Permalink

    très joliment tourné, cet article et très intéressant. Bravo jeune homme !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :