Connect with us

A la Une

Wattpad, le club de lecture 2.0

Publié

le

After, PhonePlay, Léger comme une plume, Mr Popular, tous ces romans ont en commun d’avoir été rédigés avec les pouces par des jeunes adolescentes depuis leur téléphone portable avant de devenir des succès de librairie. Aujourd’hui, la saga After est sur le point d’être adaptée au grand écran. Pour Anna Todd (After), comme Morgane Bicail (PhonePlay), jeune française de 14 ans, c’est sur Wattpad que l’aventure littéraire commence.

Wattpad est une plate-forme d’auto-publication créée par Allen Lau et Ivan Yuen en 2006 au Canada où chacun peut publier et diffuser des histoires sérialisées (sous forme de chapitres). Les chapitres peuvent être publiés quand les auteurs le souhaitent.

Pensée comme une plateforme de diffusion de contenu au service des écrivains amateurs, Wattpad est peu à peu devenue « le club de lecture des adolescentes« . On compte ainsi 10 lecteurs pour un auteur inscrit sur le site. A ce jour, plus de  Wattpad 100 millions d’histoires ont été publiée sur Wattpad par quelque 40 millions d’auteurs. La plateforme est disponible en 26 langues et espère atteindre un milliard d’utilisateurs. Selon les chiffres communiqués par la société, 3 utilisateurs sur 4 sont des femmes, 50 % des nouveaux utilisateurs de Wattpad sont mineurs et la plus de la moitié des utilisateurs quotidiens ne sont pas américains.

Avec plus de 15 millions de vues, Innocence de Kaiily Jean pourrait bien suivre la voie du best-seller d’Anna Todd, After.

Une des raisons du succès de Wattpad réside dans l’interactivité permise par la plateforme. Quand un auteur publie le début d’une histoire, les lecteurs peuvent partager leurs avis sur le chapitre. Grâce à cela l’auteur peut rectifier ses erreurs. Les réactions des lecteurs peuvent alors influer sur l’écriture de l’écrivain. Thierry Crouzet qui s’est lancé dans l’aventure Wattpad cherche d’ailleurs à identifier l’influence des interactions avec son lectorat sur l’écriture de son nouveau roman, 1 minute, de science-fiction.

Allen Lau, un des créateurs explique ainsi le succès de Wattpad : « la sérialisation contribue à stimuler le niveau d’engagement du lecteur en augmentant la quantité de points de contact entre le lecteur et l’auteur. Les lecteurs ne lisent pas simplement l’histoire dans un mode en lecture seule ; ils participent pleinement au processus de création de contenu ».

Les utilisateurs peuvent interagir avec l’auteur directement grâce à la messagerie interne mais aussi via les commentaires. Les lecteurs peuvent aussi montrer qu’ils apprécient l’histoire sans vraiment communiquer avec l’auteur grâce aux fonctions de vote, omniprésentes sur la plateforme.

Le concurrent de Wattpad, WriteOn, développé par Amazon, ne jouissait pas de telles options sociales et n’a pas rencontré le succès escompté avant de fermer ses portes faute d’utilisateurs.

Wattpad bénéficie également d’une application particulièrement pratique et simple d’accès, que ce soit pour lire ou pour écrire. Ainsi, il est aisé d’écrire depuis son téléphone, via l’application mobile. C’est d’ailleurs ainsi qu’Anna Todd a rédigé son roman. Elle n’est pas la seule. Selon les chiffres fournis par Wattpad, 85% des utilisateurs se connectent via l’application mobile.

Si Wattpad est devenu le coin lecture 2.0 des adolescentes et qu’il contribue à donner l’envie de lire et d’écrire à des milliers de collégiens, il s’attire quelques critiques. Ainsi, certains, comme Nathalie Prince, professeure de littérature générale comparée, parle d’un « effet miroir » sur les lecteurs.

« L’effet miroir est un des fondamentaux de ce type de textes ». « Ces œuvres attirent les adolescents dans des jeux de reflets, de signes de reconnaissance, de quête éperdue d’identification qui enferme le jeune dans une forme de nombrilisme. Nathalie Prince, professeure de littérature générale comparée »

Wattpad montre aux lecteurs que ce qu’ils les intéressent. Les utilisateurs lisent alors beaucoup, mais lisent plus ou moins toujours le même genre de récits.

Le succès de Wattpad a suscité les vocations. Les jeunes plumes peuvent désormais s’exercer sur une plateforme analogue conçue dans la langue de Molière, Scribay.

_________________________________________________________________________

Expériences d’utilisatrices

Orlane

Cela fait maintenant une année que j’ai découvert l’existence de Wattpad. 

Au début je ne l’utilisais pas du tout puis j’ai lu les commentaires postés sur le site et j’ai constaté que beaucoup de personnes utilisaient Wattpad. J’ai alors débuté une fan-fiction (que je n’ai d’ailleurs jamais terminée), puis j’ai un peu plus exploré la plateforme et cela m’a vraiment plu. J’ai commencé à beaucoup lire, j’ai lu plusieurs romans pour adolescents puis des fan-fictions sur des jeux vidéo et des groupes de musique.

J’ai commencé ma propre fan-fiction et un recueil de citations sur des séries et des films et voilà où j’en suis maintenant.

J’ai une petite notoriété de 100 vues par livres ce qui est déjà pas mal alors que j’ai commencé il y a à peine 6 mois.

Laure :

J’ai connu Wattpad il y a déjà longtemps mais j’ai vraiment commencé à l’utiliser, il y a environ un an. J’ai tout d’abord commencé à lire des histoires que mes amies écrivaient, puis je me suis dit que cela pourrait être sympathique d’écrire moi-même des histoires.

J’ai alors débuté par un roman d’amour nommé « Seule » qui a été lu plus de 250 fois à ce jour. Je suis toujours en train d’écrire la suite. C’est à partir de ce roman que j’ai commencé à vraiment lire sur Wattpad.

J’ai ensuite fait un recueil de citations, que j’ai abandonné et supprimé car cela n’avait pas beaucoup d’intérêt d’en faire un. J’ai ensuite commencé « Girl Online ».

 

 

 

 

 

Poursuivre la lecture
Cliquer pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la Une

Le goût « au pré de l’assiette »

Publié

le

A l’occasion de la semaine du goût qui s’est déroulée du 12 au 16 octobre, le conseil départemental de l’Allier a organisé l’opération « au pré de l’assiette » en partenariat avec l’association Agrilocal. Le restaurant scolaire de Cérilly a répondu à l’appel et proposé tout au long de la semaine des menus mêlant découverte des saveurs et travail des produits locaux. Une habitude pour l’établissement qui anticipe la prochaine loi Egalim qui entrera en vigueur en 2022. 

Reportage de Manon Mayer, Thibaut Micot, Jeanne Pointud, Loric Reby. 

En complément de ce reportage sur la semaine du goût, la rédaction de Péron TV vous propose un éclairage sur le fonctionnement de la plateforme Agrilocal. 

Poursuivre la lecture

A la Une

Entretien avec Fabien Thévenoux, maire de Cérilly

Publié

le

La rédaction de Péron TV a eu l’honneur de recevoir Fabien Thévenoux, maire de la Cérilly pour un entretien portant sur le fonctionnement de la commune, le rôle du maire et ses compétences. 

Cet entretien réalisé par les élèves de la classe-média sera mobilisé comme support d’enseignement dans le cadre du programme d’Education Morale et Civique.  

Poursuivre la lecture

A la Une

Les jeunes s’engagent contre le sexisme à l’école

De nombreux collégiens et lycéens ont répondu à l’appel à manifester le 14 septembre contre le sexisme relayé sur les réseaux sociaux.

Publié

le

Le 14 septembre 2020, des collégiens et lycéens ont organisé une journée pour protester contre les remarques inappropriées qui concernent, en grande partie, que les filles et les codes vestimentaires des établissements scolaires.

L’appel s’est rapidement répandu sur Twitter avec le #liberationdu14 avant d’être largement diffusé sur les autres réseaux sociaux, tels qu’Instagram ou Tiktok. Suivi sur l’ensemble du territoire, ce mouvement spontané a offert un terrain d’expression à de jeunes filles.

« C’est super bien de le faire » témoigne une des participantes qui regrette cependant que cette journée n’ait pas trouvé un écho suffisant dans son établissement. « Beaucoup ne l’ont pas fait, certaines avaient peur du jugement, d’autres n’étaient simplement pas au courant de cette journée avant qu’elle ait lieu ».

Pourtant, l’enjeu est déterminant. « En soit nous avons tous le droit de porter ce qu’on veut dans la mesure où ce que l’on porte, que nous soyons un garçon ou une fille, reste respectable pour aller en cours. » affirme une lycéenne.

L’initiative a attiré l’attention des médias nationaux contraignant le ministre de l’Education Nationale à réagir. « Chacun peut comprendre que l’on vienne à l’école habillé d’une façon disons républicaine. »

« Mais qu’est ce qu’une tenue républicaine ? »

« Doit-on venir habillé(e) comme  »La liberté guidant le peuple » d’Eugène Delacroix ou encore avec le décolleté de la Marianne incarnée par Brigitte Bardot ? » s’interroge une militante.

La liberté guidant le peuple. Eugène Delacroix

Une tenue républicaine est un concept tout aussi vague qu’une tenue correcte, ou encore une tenue adaptée dans un espace de travail.

L’arbitraire subsiste. Ce qui peut paraître provoquant pour certains ne le sera pas forcément pour d’autres.

Une constante demeure. Les problèmes de tenues sont souvent tournés vers les filles qui sont jugées trop vulgaires ou indécentes. Les garçons, eux, sont plus libres de leurs choix vestimentaires.

Si chacun comprend qu’on ne vient pas à l’école comme on se rend à la plage, il est inacceptable de faire reposer sur les jeunes filles et leurs tenues la responsabilité du comportement de leurs camarades masculins.

« Une épaule dénudée ou une bretelle de soutien-gorge apparente ne justifieront jamais les remarques inappropriées qui pourraient être formulées. Le problème c’est la remarque sexiste, pas l’épaule ! » conclue une collégienne, dénonçant l’hypersexualisation du corps des femmes.

Tout cela pousse les jeunes filles de notre génération à militer pour l’égalité des conditions d’enseignement et la lutte contre le sexisme au sein des établissements scolaires.

Poursuivre la lecture

Les plus lus