Connect with us

A la Une

« Un établissement vivant et dynamique »

Publié

le

Cette année, le collège François Péron accueille une nouvelle principale, Mme Décoret qui a accepté de répondre à nos questions sur son parcours et ses projets.

1 / Que faisiez-vous avant d’être affectée au collège François Péron de Cérilly ? Et pourquoi avez-vous demandé à rejoindre à Cérilly ?

Avant d’arriver à Cérilly, j’étais principale adjointe dans un autre collège, dans un autre département, dans une autre région, à Fumel dans le Lot-et-Garonne. Je n’ai pas à proprement parler demandé à rejoindre Cérilly, j’ai formulé des vœux afin de revenir en Auvergne d’où je suis originaire ainsi que mon mari. L’académie de Clermont était mon troisième vœu. Je suis donc  ravie de rejoindre le collège François Péron.

2/ En quoi consiste le métier de principale ? Quel est l’aspect le plus difficile de votre métier ? Et pourquoi ?

Le métier de principale c’est être responsable de toute l’organisation et la bonne marche d’un établissement. Être responsable des personnes : les élèves, les enseignants, les personnels. Être responsable des biens : les murs, le mobilier, les ordinateurs, etc…Être responsable de la pédagogie : concevoir les emplois du temps, travailler avec les professeurs sur différents projets dans l’intérêt des élèves et pour leur réussite.

Le plus difficile c’est aussi ce qui m’intéresse le plus à savoir les relations humaines. Contrairement aux ordinateurs, il n’existe pas de mode d’emploi ni de guide de réparation pour les humains. Chaque être humain est différent.

 

3 / Pourquoi avez-vous voulu être principale ? Et qu’aimez-vous le plus dans votre métier et pourquoi ?

Comme je viens de le dire, ce qui m’intéresse le plus ce sont les relations humaines.

Mon objectif en tant que principale est qu’entre le moment où vous arrivez au collège et celui où vous en partez,  se soient déroulées quatre années qui vous permettent de vous construire, de vous épanouir, d’être bien dans vos baskets et dans vos têtes, et que vous soyez en mesure de suivre une formation que vous avez choisie. C’est ma raison d’être, c’est mon objectif.

4 / Que faisiez-vous avant de devenir chef d’établissement ?

Avant de devenir chef d’établissement, j’étais professeur de lettres / anglais en lycée professionnel de 1989 à 2012. Je suis alors devenue principale adjointe dans un collège, un environnement que je ne connaissais pas.

5 / Quelles sont les différences entre l’établissement où vous étiez l’année passée et notre collège ?

Il s’agissait d’un établissement plus grand, avec davantage d’élèves, plus de professeurs, plus de personnels techniques.

 

6 / Quels sont vos projets pour le collège ? Avez-vous notamment des projets de voyage pour les élèves ?

Pour l’heure, nous avons un projet de voyage en Espagne.

Par ailleurs, nous réfléchissons à la possibilité d’organiser un échange avec l’Allemagne dans le cadre duquel les élèves du collège François Péron seraient accueillis dans une famille allemande avant de recevoir à Cérilly un correspondant allemand ;  ainsi qu’un voyage au ski pour les élèves de 6è.

De manière générale, mon ambition est que le collège soit un établissement vivant, dynamique, qui vive, qui bouge. Une de mes propositions est que des projets viennent des élèves eux-mêmes. A cet égard, nous mettrons en place le CVC (Conseil de la Vie Collégienne), réorganiserons le foyer pour que le plus grand nombre puisse y accéder tout en étant respectueux des autres et des biens. J’aspire à ce que les élèves participent à la bonne marche de l’établissement.

7 / Pas trop stressante cette première interview pour le P’tit Péron ? D’ailleurs, est-ce la première fois que vous accordez à une interview à un élève ? 

Un petit peu quand même. Nous le sommes toujours lors d’une première fois. Mais j’ai eu affaire à une jeune journaliste qui a su me rassurer.

Non ce n’était pas la première fois que j’accordais une interview à un élève mais chaque fois est différente puisque nous n’avons pas affaire au même humain.

 

Propos recueillis par Cricyllia Colas, 6B

Poursuivre la lecture

A la Une

Péron TV, de nouveau lauréat du prix Médiatiks académique

Publié

le

Médiatiks, c’est le grand concours des médias et productions médiatiques scolaires organisé par le CLEMI. Organisé en partenariat avec La Fondation Varenne et avec le soutien de Reporters sans frontières et de l’association Jets d’encre, il comporte deux phases : la première se déroule au niveau des académies puis la seconde à l’échelle nationale. 

Pour la seconde année consécutive, la rédaction de Péron TV est lauréate du prix Médiatiks au niveau académique dans la catégorie « vidéos, collèges ». A ce titre, la rédaction de Péron TV participe désormais à la phase nationale du concours. Le jury national se réunira le 19 mai.

Le jury académique, composé de membres du pôle EMI de l’académie, du CTA Auvergne, de membres l’association Jets d’Encre, de Ldv Médias, du doyen des IEN et du doyen des IA-IPR du second degré de l’académie de Clermont-Ferrand, a apprécié  » un contenu qui continue de s’enrichir ! Le jury a noté l’ouverture à des sujets extérieurs à l’établissement et qui en même temps mettent en avant le territoire proche des élèves. Le jury a également apprécié la grande régularité et le vaste contenu servi par une maîtrise des outils certaine. De plus, ce média crée une réelle dynamique au sein de l’établissement et on sent l’implication d’une grande partie de la communauté éducative aux côtés des élèves. »

Les productions des lauréats des autres catégories sont consultables sur la page du pôle EMI de l’académie.

En raison des conditions sanitaires actuelles et des incertitudes quant au protocole sanitaire pour les semaines à venir, les modalités de la remise de prix restent à définir. 

Poursuivre la lecture

A la Une

Péron TV lauréat du concours Arte-CLEMI Reportage

Publié

le

Dans le cadre du concours Arte-CLEMI Reportage, la rédaction de Péron TV a produit un reportage sur le thème « La réalité du confinement en banlieue populaire ». Il s’agissait pour les élèves de monter un reportage de deux à trois minutes  à partir des images ayant servi à la réalisation d’un sujet diffusé dans Arte Journal.

A cette fin, les élèves ont reçu les rushs tournés par des journalistes d’Arte ainsi qu’une abondante sitographie de la part du CLEMI. Un exercice complexe sur un sujet a priori compliqué.

Le jury de sélection s’est réuni en ligne le mercredi 31 mars. Il était composé de coordonnateurs et coordonnatrices académiques du CLEMI, de membres de l’équipes du CLEMI national, de Hérade Feist, journaliste, responsable du bureau de Paris d’Arte Journal, et de Jean-François Ebeling, rédacteur en chef d’Arte Journal Junior. Il a désigné les deux reportages collégiens – parmi lesquels celui de la rédaction de Péron TV – et les deux reportages lycéens qui participeront à la finale qui se tiendra en mai.

C’est un jury composé de journalistes de la rédaction d’Arte Journal qui attribuera les premiers et deuxième prix de chaque catégorie.

Les critères d’analyse étaient les suivants : originalité, rigueur du traitement, qualité du montage, pertinence du commentaire…

Les autres reportages primés sont à consulter sur le site du CLEMI

Poursuivre la lecture

A la Une

Clichy-sous-bois. Le confinement, un accélérateur de crise sociale

Publié

le

Dans le cadre du concours Arte Reportage, la rédaction de Péron TV a produit un reportage à partir des rushs tournés par les journalistes d’Arte. 

Commune parmi les plus jeunes de France. Banlieue populaire tristement célèbre pour avoir été le haut-lieu des révoltes sociales de 2005, Clichy-sous-Bois est aujourd’hui proche du « point de rupture » comme le déplore son maire, Olivier Klein. A l’heure où le confinement bouleverse le rapport des habitants à l’espace urbain et où les éducateurs sociaux sont confinés, la perspective de voir resurgir des incidents inquiète les autorités. C’est au contraire des initiatives solidaires multiples qui émergent dans ces quartiers populaires pour répondre à l’urgence sociale. Reportage sur place à l’occasion d’une distribution alimentaire organisée par ACLEFEU, le collectif créé au lendemain des évènements de 2005.

Poursuivre la lecture

Entretien avec M. le recteur de l’académie

Suivez-nous sur Twitter

Archives

Les plus lus